© 2017 - A Bicyclette - Le voyage à vélo

NOUS SUIVRE

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Social Icon

Lubéron à vélo - Partie III - Se loger

04/09/2016

 

Se loger

 

Nous avons testé différentes options de logement pendant cette semaine, dans des conditions très différentes. 

 

La première nuit, ne trouvant pas de logement en fin de journée, nous avons dormi chez des amis qui nous ont accueilli dans leur maison à la Tour d'Aigues. 

 

La seconde nuit, nous avons posé notre tente entre deux bungalows dans le camping Indigo à Forcalquier. 

 

La troisième nuit, nous avons posé la tente dans un camping en pleine forêt à côté de Céreste. Un cadre magnifique pour une nuit mouvementée. Nous étions éloignés des autres campeurs (si l'on peut appeler un utilisateur de caravane, un campeur). Rien aux alentours pour dîner, mais nous avions prévu du pain et de petites choses à grignoter. 

C'est au moment de nous coucher que nous avons fait l'erreur ultime : laisser la poubelle contenant les emballages de notre repas sur un des vélos, à proximité de la tente.

 

 

Aux alentours de minuit, Amandine entend des bruits et me demande si je peux sortir voir. A peine sorti la tête de la tente avec ma lumière, nous entendons un fort cri de sanglier qui m'enterre en un instant au fond de la tente. L'odeur de notre dîner et un gros trou à côté de la tente avaient probablement attiré le sanglier et ses petits.

 

J'étais d'avis de faire profil bas et de dormir mais les bruits de pas des sangliers et leurs respirations étaient dérangeants. Amandine voulait que l'on trouve une solution pour les faire fuir. Surtout que nous avions aussi de la nourriture dans la tente et que l'odeur pourrait les attirer.

 

Après quelques recherches sur mon téléphone (à télécharger des applications spéciales pour faire fuir les sangliers - en vain), nous entendons le bruit d'une voiture qui se rapproche.

Amandine me dit "go ! go", nous sortons de la tente (le bruit et la lumière de la voiture effraient les sangliers). Je détache l'antivol du vélo, prend la poubelle et monte sur ma selle pour traverser le camping et déposer nos ordures dans des bennes à deux kilomètres de là.

 

A ce même moment, Amandine décide de sécuriser le périmètre ... en vaporisant le tour de la tente avec une bombe au poivre (achetée deux jours avant dans une armurerie) ... Un coup de vent et je me retrouve à absorber le contenu de cette fameuse bombe au moment de monter sur mon vélo.

 

Autant vous dire que les deux kilomètres avec la lampe torche dans une main, la poubelle dans l'autre, à pédaler dans le noir, ont été longs,  bien longs. On s'en rendra compte le lendemain matin mais sur ce trajet, mon pneu a crevé. 

 

Le reste de la nuit s'est passé sous la tente avec Amandine à mes côtés, s'inquiétant que je ne cesse de m'étouffer à cause de sa bombe au poivre. Sa technique de sécurisation des lieux avait un minimum fonctionné car nous avons entendu s'étouffer, toute la nuit, le sanglier et ses petits ...

 

 

La journée d'après fût difficile, fort heureusement nous avons trouvé sur Airbnb, le lieu et l'accueil idéal pour que nous puissions nous reposer dans de bonnes conditions. 

A proximité de Lacoste, Alix nous a accueilli en pleine nature dans une très belle chambre à la vue sur de vieux chênes, sous la forêt de cèdres. La chambre donnait sur une terrasse surélevée, avec un petit canapé pour s'allonger et le soir regarder les étoiles. 

 

Au soir, Alix nous a conseillé un restaurant en terrasse à Lacoste et nous y a conduit (merci Alix ;-)). Au petit matin, après une bonne nuit de sommeil, nous avons profité d'un petit déjeuner pris sur la terrasse.  

Nous ne pouvons que recommander cette adresse si vous passez à Lacoste.

 

 

La dernière nuit, nous avons dormi au Camping Val de Durance, un camping-village à Cadenet situé à côté un Lac. La baignade fût rafraichissante. 

 

 

 

Environnement

 

Au Nord et à l'Est de l'itinéraire, il y a plus de bois, forêts  et des cultures de melons et de courges. 

 

Au Sud, ce sont plus de fruits, qu'il reste possible d'acheter chez des marchants, où directement chez les producteurs. Nous sommes passés en Août, autant vous dire que nous avons mangé des figues, et des fruits rouges à ne plus savoir qu'en faire :-) .

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retour manqué

21/12/2017

El Chaltén ... this is the end

10/12/2017

1/15
Please reload