© 2017 - A Bicyclette - Le voyage à vélo

NOUS SUIVRE

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Social Icon

Orage et Bords de Loire à vélo - De Moulins à Luneau

18/07/2016

Le 14 juillet dernier, nous devions nous rendre à Luneau pour une cousinade. Nous nous sommes donc basés sur ce point d'arrivée pour définir notre trajet. La seule contrainte était le temps : 6 heures maximum de trajet de manière à ne pas arriver trop tard en fin de journée et afin de pouvoir rejoindre le train en milieu d'après-midi le jour du retour. 

 

S'en est suivi des recherches de pistes et, comme d'habitude, de trains acceptant les vélos non pliés ... Après moultes discussions, nous avons trouvé le point de départ : nous partirons de la ville de Moulins. 

 

Au petit matin du 14 juillet, nous traversons Paris pour nous rendre à la Gare de Lyon. Petit divertissement sur le trajet : nous avons croisé la Garde Républicaine à cheval, ça filait droit sur plusieurs centaines de mètres. 

 

 

Quelques minutes après avoir chargé nos vélos à Moulins, nous avons eu droit à une belle averse. Nous avons préféré nous poser dans un café le temps que les nuages passent. 

 

 

 

La pluie s'est arrêtée un moment et nous avons démarré. Notre ami l'orage nous a quand même poursuivi sur une partie du trajet. 

 

Pour moi, rouler à vélo pendant un orage n'est pas vraiment dangereux. Du moins c'est ce que je pensais. 

Amandine n'est pas du même avis, et je dois avouer qu'elle avait raison (c'est dur à accepter ;-) )

 

Les orages sont plus fréquents dans l’est de la France, et la Bourgogne est bien représentée lorsque l’on regarde le nombre d’impacts de foudre. Sachez que faire du vélo sous l’orage, c’est très dangereux. Le fait que le vélo soit en métal ne vous protège pas du tout, et que les pneus en caoutchouc ne vous isolent pas non plus.

La foudre frappe  tout ce qui « dépasse ».  Du coup, en bon cycliste que vous êtes, vous dépassez de presque 2 mètres ce qui se situe autour de vous : vous êtes une cible privilégiée !

De même, la foudre frappe aussi ce qui est en mouvement. Surprise ? C’est encore vous qui essayez de fuir ce satané orage !

Vous nous direz alors, qu’est ce qu’on fait en cas d’orage sur notre petit biclou ? Pas de panique, on vous apprend quoi faire :

 

La conduite à tenir va essentiellement dépendre de l’endroit ou vous vous trouvez et si vous pouvez vous abriter : 

 

Il y a un abri à proximité :

S’il vous est possible de vous abriter, préférez un abri en pierre, type hutte, église, chapelle. En France, on en trouve beaucoup sur les bords de route. A défaut, une cabane en bois fera l’affaire. Attention toutefois aux hangars : lorsque celui-ci comporte un toit de tôle supporté par des poutres de bois, c’est à éviter à cause du risque d’induction. Lorsque les poutres sont en métal, vous pouvez vous y abriter, elles vous protègent contre cette même induction. Il faudra se tenir le plus loin possible des piliers ou des murs.

 

Laisser votre vélo à l’extérieur, à bonne distance de vous, de même que toute pièce métallique.

 

 

Vous n’avez pas d’abri :

Eh bien, tenez vous loin loin loin des arbres isolés, ou des petits groupe d’arbre. La foudre frappe 50 fois plus les arbres que les hommes. Si vous êtes en pleine forêt (vraiment, vous cumulez…) éloignez vous des troncs et tenez vous accroupis sur le sol.

On mets le vélo à bonne distance, on se couche près du sol et si possible, on s’isole du sol avec une matière isolante, comme votre kway par exemple.

 

Vu qu'on est de petits veinards, le moment où l'orage était le plus proche de nous, nous étions dans une forêt... Sous l'insistante pression d'Amandine, nous nous sommes donc abrités dans un cabanon qui se trouvait à quelques mètres. Abandonnant nos vélos sous le pluie le temps que cela se calme.

 

 

Sur l'ensemble du trajet, nous avons remarqué que les champs étaient tous délimités par des haies.

Ces haies ont un rôle important dans la protection des sols contre l'érosion. En effet, la haie freine le ruissellement de l'eau et donc par association l'érosion des sols. L'usage des haies semble très répandu chez les agriculteurs de la région, à contrario d'autres régions que nous avons déjà visité.

 

La balade s'est faite essentiellement sur de petites routes de campagnes, très peu empruntées. Nous ne sommes presque jamais sur des voies vertes mais cela reste très agréable.

 

Et quand il fait beau c'est encore mieux ! (cf. photo sur le retour)

 

 

 

Voici les grandes lignes de notre itinéraire (à peu de choses près). 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retour manqué

21/12/2017

El Chaltén ... this is the end

10/12/2017

1/15
Please reload